samedi 25 août 2012

Booki.sh ou le stockage et la lecture d'epub en ligne

Je vais vous parler d'un outil qui pourrait être utilisé pour une bibliothèque numérique... Sans les côtés "je suis en anglais et je veux te vendre des ebooks".

Il s'agit donc de Booki.sh.
A la base, il s'agit d'une société australienne. Mais petit détail qui peut avoir son importance... En bas de la page d'accueil du site, écrit en petit :
"Booki.sh is made by OverDrive"
Oui oui, la plateforme Overdrive qui dessert de nombreuses bibliothèques en livres numériques. En creusant un peu, on apprend qu'Overdrive a racheté la plateforme cloud Booki.sh en début d'année (merci ActuaLitté pour l'info).

Pour en revenir à Booki.sh, quelques caractéristiques :

- il héberge vos livres numériques dans leur cloud (les ebooks que vous achetez via leur plateforme, ceux que vous trouverez via l'accès à Feedbooks, mais surtout vos propres ebooks). Pas trouvé d'informations sur la limite de stockage, mais en demandant directement à Booki.sh via Twitter, j'ai eu cette réponse :
"There’s no hard limit but if you have hundreds of books it’s not super-fun or fast to use. It’s optimized for dozens. We also place limits on file size - I think you can’t upload books bigger than 20MB."
Donc en gros, des ebooks de moins de 20Mo, et pas limité en nombre (en restant dans la limite du raisonnable, comme pour les liseuses en bibliothèque : pas la peine de noyer le lecteur).
- il ne prend pas en charge le format .mobi (clin d'oeil à Amazon) ni les livres numériques avec DRM (re-clin d'oeil à qui se reconnaîtra), car il se veut ouvert et accessible.
- il est accessible à partir de n'importe quel support, ordinateur, tablette android et iOS (même iPod), du moment qu'il dispose d'un navigateur web.
- l'accès aux ebooks se fait en ligne, mais aussi hors ligne (sans connexion internet).
- une URL est attribuée à chaque ebook, URL dont on peut envoyer un raccourci sur le bureau de son ordi, sa tablette,... Il s'agit de lien "privé", c'est-à-dire qu'il faut être connecté à son compte pour y accéder. Un problème qui peut être contournée ; j'y reviens très vite...
- c'est en anglais...

Comme d'habitude, il faut se créer un compte, cliquer sur le lien dans le mail de validation qu'on reçoit, et c'est parti, on accède à son espace "bibliothèque".


Dans "Your account" (Votre compte), on apprend qu'on peut avoir plusieurs adresses mail liées à son compte Booki.sh. C'est grâce à cette fonction qu'on peut contourné le problème d'URL privée évoquée au-dessus. Imaginez en bibliothèque... Les usagers peuvent, avec leur adresse mail, accéder à cette bibliothèque en ligne. Mais je ne pense pas qu'on puisse relier des centaines d'adresse. En même temps, vu le nombre de lecteurs numériques en bib... Sinon, pour un accès à la plateforme dans les murs de la bibliothèque, il faut arriver à maintenir enregistré un accès à son compte sans passer son temps à se reconnecter. Si les usagers utilisent notre compte pour lire, ils peuvent également supprimer des ebooks. Ce qui implique une petite surveillance (pas pour les gronder, nan, juste pour réalimenter la plateforme).


Téléchargeons un ebook...
Cliquez sur "Readings" (ou "Book store", c'est pareil). Le seul petit couac, c'est qu'on essaie de vous vendre des livres numériques. Un peu plus bas, apparaît un moteur de recherche pour trouver des ebooks libres de droit sur Feedbooks. Pas de recherche avancée, juste une recherche simple, où vous risquez d'avoir de nombreux titres ou versions anglaises. Le mieux est de récupérer les ebooks qu'on veut au préalable, d'une autre manière, et les importer ensuite. Enfin encore plus bas, on peut envoyer un ebook à stocker : "Upload a book".
Une fois téléchargé, vous avez quelques informations de lecture :


Vous avez le pourcentage de texte lu, le nombre de pages tournées (utilité ?), le nombre de marque-page (du coup, dommage qu'on ne puisse pas prendre de notes, ça aurait permis une mise en avant intéressante), et les dates de première et dernière consultation.

Les fonctionnalités de lecture...
Tout est simplifié : accès au sommaire, marque-page, recherche dans le texte, réglages du texte. Pas de prise de notes. On peut faire du copier-coller du texte, mais c'est tout. J'ai essayé la capture Evernote mais ça m'enregistre une page blanche, bref, un truc qui bloque. Donc pour extraire une citation avec la référence du texte bien proprement, c'est mort.

Sommaire
Ajouter 1 marque-page
Accès aux marques-pages

Déplacement dans l'ebook
(glissez le trombone dans la bande grise)
Réglages de la lecture
Recherche dans le texte


Mettre 1 raccourci vers l'ebook sur le bureau...
Sur Android, il suffit de cliquer sur l'étoile dans la barre d'adresse (ou sur "Favoris", en fonction du navigateur utilisé). Vous pouvez modifié le "libellé" (le nom que vous voulez donner au raccourci), puis dans "Ajoutez à" choisissez "Page d'accueil".

Sur iPad, iPod, iPhone, on vous dit comment faire dès l'ouverture du ebook : cliquer sur "la flèche dans le carré" dans la barre de menu en bas de l'écran, puis sur "Ajouter à l'écran d'accueil". Sur iOS, on est plus limité en nombre de caractère pour le nom de l'icône, par rapport à Android.


Voilà pour la phase "décortiquage" de l'outil.

Imaginons en bibliothèque...
Les livres numériques libres de droit, ce sont généralement ce qu'on appelle des "classiques" (mais pas que, hein, je tiens à le préciser même si c'est pas le propos). Ces classiques on les a dans nos rayons, en bibliothèque.
Prenons un livre papier X dont le texte est désormais libre de droit.
On récupère la version numérique (epub bien sûr) sur Ebooksgratuits.com ou autre.
On la télécharge dans Booki.sh, qui sert d'hébergeur.
Comme à chaque ebook est associé une URL, on fait un QR code de cette URL, qu'on va ensuite collé sur le livre papier.
Si le lecteur cherche ce livre X, qu'il tombe sur le document papier en rayon et le voit affublé d'un QR code, il peut être tenté de le lire en numérique sur son smartphone, ou sur une tablette si la bibliothèque en a (pour le coup, le QR code avec une liseuse, c'est raté).
Bon, j'ai conscience que ça risque de ne pas fonctionner du tout. "A quoi ça sert la version numérique puisque j'ai le livre papier sous la main ?" Alors on peut imaginer d'intégrer le QR code non sur le livre lui-même, mais dans la notice du catalogue, la version numérique palliant l'absence de la version papier empruntée.
Sinon on peut se contenter de mettre des raccourcis sur la tablette. Booki.sh, en stockant vos ebooks chez eux, libère de l'espace de stockage sur la tablette (même si un ebook ça pèse pas bien lourd...). Mais ça nécessite une connexion internet. On peut lire hors ligne, dans ce cas ça doit bien se stocker quelque part sur la tablette.

Conclusion...
A la base je cherchais un moyen d'avoir un accès direct à une version epub d'un livre papier, via un QR code ou un dispositif de réalité augmentée (du type Layar). Histoire de mettre à contribution des tablettes en bibliothèque. Un accès direct, en un clic ou deux. Le moyen le plus simple étant de trouver des ebooks avec une URL dédiée, et un lecteur d'epub en ligne.
Et je suis tombée sur Booki.sh...


2 commentaires:

  1. Bonjour,
    je trouve cela super que vous partagiez vos expériences et idées innovantes :-) Merci ! Par contre, dans le cas de Book.ish, si j'ai bien compris, il faudra pour que le QR code marche, que le lecteur soit déjà inscrit sur le compte Book.ish de la Bibliothèque ? Cela me semble un peu compliqué... Car un usager lambda qui ne connaît pas les ressources numériques de la Bibliothèque, s'il scanne un QR code et tombe sur un accès refusé, ressentira plus de mécontement qu'autre chose.

    RépondreSupprimer
  2. C'est le problème de Booki.sh, il faut être connecté à son compte pour que ça fonctionne, puisque les URL sont privées. En effet, si les URL étaient publiques et donc accessibles à tous, si on y stocke des ebooks sous droit imaginez le scandale...
    Pour 1 utilisation avec les tablettes de la bibliothèque, il faut juste s'arranger pour être connecté au compte (mémorisation des identifiants).
    Mais si l'usager veut utiliser son smartphone ou sa propre tablette... là ça se complique en effet... Soit il faut qu'il se crée son propre compte (mais il y a des chances qu'il laisse tomber et n'aille pas jusqu'au bout), soit on lui donne des identifiants (une adresse mail courte et simple créé pour l'occasion, et un mot de passe court et simple aussi). Mais dans ce dernier cas il peut ajouter ou supprimer des ebooks...
    Bref, même si le concept de Booki.sh est intéressant, ça se complique quand l'usager veut utiliser son propre matériel...

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...